Les francophones bloquent les inscriptions flamandes

20 décembre 2018
onderwijs

L’Assemblée de la Commission Communautaire Qualifie tout ce qui a trait aux rapports entres les régions et les communautés. Ces rapports sont réglés par une législation linguistique détaillée datant de 1966 et les six réformes de l’État, de 1970 à ce jour. Il n’est toutefois pas uniquement question de conflits de nature culturelle et linguistique mais également de visions diamétralement opposées concernant la politique socio-économique, la migration, la justice, etc. Un déficit démocratique s’est créé avec deux opinions publiques scindées. communautaire française (COCOF) a paralysé à travers un conflit d’intérêts la réforme du décret inscription pour les écoles flamandes. Les Bruxellois francophones refusent le passage de la règle de priorité pour les enfants néerlandophones de 55 à 65 %. La N-VA qualifie le conflit d'intérêts avancé par les francophones de « réaction incroyable, complètement disproportionnée ». Ce conflit d’intérêts a pour effet de maintenir le décret actuel en vigueur. Mais les dates butoirs qu’il contient ne sont plus réalisables. Le Parlement flamand a réagi en conséquence.

Se retrousser les manches

« Face à cette situation, nous nous sommes retroussé les manches », explique le groupe N-VA au Parlement flamand. « Afin de garantir la sécurité juridique des préinscriptions pour la prochaine année scolaire, il a fallu modifier les dates du décret inscription actuel. » Pour permettre les préinscriptions et les inscriptions, le décret approuvé déplace la première date butoir du 15 septembre au 31 janvier 2019. Les dates de recours en cas d’avis négatif concernant la procédure de préinscription ont également été modifiées : pour l’enseignement primaire, il s’agira du 15 février 2019, et pour l’enseignement secondaire du 1er mars 2019.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de