La N-VA convainc le Parlement européen de conserver les lois sur la protection de la nature

22 décembre 2015
La N-VA convainc le Parlement européen de conserver les lois sur la protection de la nature

La Commission de l’Environnement du Parlement européen soutient Mark Demesmaeker dans son appel à ne pas réviser les lois existantes en matière de protection de la nature, mais à les mettre en pratique intégralement et plus efficacement. « Nous devons investir dans la richesse de la nature », affirme le parlementaire européen. « Car la biodiversité est un élément fondamental de notre bien-être et de notre prospérité économique ».

La biodiversité en Europe est en danger. Moins d’une espèce naturelle sur quatre et un sixième de leurs habitats se portent bien. Des efforts supplémentaires importants sont donc nécessaires. La biodiversité est en effet la garante de la propreté de l’air, de la pureté de l’eau et des pollinisateurs. Les directives en matière de protection de la nature jouent un rôle crucial dans la réalisation des objectifs pour 2020. Elles doivent par conséquent être mises en œuvre, pas révisées. De plus, Natura 2000 – le réseau européen de zones naturelles protégées – reste encore trop méconnu par la majorité des citoyens.

Si l’Europe ne réalise pas les objectifs pour 2020, cela lui coûtera 50 milliards d’euros par an. La N-VA tient par conséquent à souligner que la nature et le développement économique peuvent aller de pair. « La contribution de la nature à notre santé, notre bien-être et notre prospérité est une tâche qui incombe aux décideurs politiques, mais les citoyens ordinaires peuvent aussi apporter leur pierre à l’édifice », conclut Demesmaeker.  « Pensez par exemple au succès grandissant des jardins collectifs et au concept de plus en plus populaire du jardin vivant. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de