Cieltje Van Achter

Député bruxellois

Cieltje Van Achter est née à Asse et a grandi à Hal. Elle vit désormais à Schaerbeek avec son mari et leurs trois enfants.

Fille d'un responsable politique local de la ville de Hal et d’une femme active dans la vie associative, sa vocation n’est pas le fruit du hasard. Adolescente, Cieltje était déjà très active : elle a suivi des cours de musique, de danse, d’expression dramatique, de dessin et a même intégré le mouvement scout. Durant ses humanités à Dilbeek, elle a intégré le conseil des élèves et en est devenue présidente.

Cieltje est une citadine dans l’âme. Elle a participé à de nombreuses excursions à Bruxelles. Et, comme chacun le sait, on n’oublie jamais son premier amour... Mais avant de s’installer définitivement à Bruxelles, elle est partie explorer d’autres horizons dans le cadre de ses études. Elle a étudié le droit à Louvain, est partie en Erasmus à Paris pendant un an, a décroché un master en coopération au développement à Bologne avant de terminer par des études de politique internationale à Washington DC. Elle a malgré tout fini par s’installer et travailler dans notre chère capitale, Bruxelles.

Fraîchement diplômée, elle a commencé par travailler au barreau de Bruxelles avant de s’engager au sein de l’Autorité flamande, dans le département « Flandre internationale ». Elle y a notamment contribué à la rédaction de la politique européenne et flamande en matière de contrôle du commerce des armes. Le fait de participer à une société plus sûre et d’apporter sa modeste contribution à une Autorité flamande conviviale lui a apporté beaucoup de satisfaction.

Le virus de la politique, qu’elle a contracté de ses parents, s’est renforcé à la suite de ses contacts avec des amis engagés et son beau-père Geert Bourgeois. Elle a décidé de se porter candidate lors des dernières élections pour le Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale, avec succès.

Si Cieltje aime notre capitale, elle constate avec amertume qu’elle doit faire face à des défis majeurs sans solutions adéquates : chômage massif, manque de places dans l’enseignement, embouteillages permanents, insécurité dans certaines quartiers, pauvreté et labyrinthe institutionnel. Ces défis vont devoir être relevés si Bruxelles entend devenir une ville viable et prospère pour tous ses habitants. Il faut rapidement inverser le phénomène d’exode de la classe moyenne.

En tant que représentante bruxelloise, Cieltje se consacrera principalement à des sujets comme la mobilité, la culture et la jeunesse, l’emploi, l’aménagement du territoire et l’égalité des chances. Elle estime par ailleurs que la Flandre a elle aussi un rôle à jouer et ne peut pas abandonner sa capitale Bruxelles. En tant que touche-à-tout, elle est également active localement au sein de la section N-VA de Schaerbeek-Evere.