Von der Leyen ne convainc pas, le groupe N-VA s’abstient lors du vote sur la Commission européenne

27 novembre 2019
Maison de l’histoire européenne : un projet cher et superflu

« Les citoyens européens souhaitent que la Commission européenne offre des solutions. » Le groupe N-VA au Parlement européen s’est abstenu lors du vote sur la nouvelle Commission européenne. Pour Geert Bourgeois, Johan Van Overtveldt et Assita Kanko, la note de politique de la présidente Ursula von der Leyen va trop souvent dans la mauvaise direction.

Un programme volontariste et orienté à gauche

Le principe de la N-VA est simple : collaborer au niveau européen en cas de plus-value européenne. C’est sur cette base que nos eurodéputés évalueront la nouvelle Commission européenne. « Von der Leyen a présenté un programme unilatéralement eurofédéraliste, d’une part, et volontariste et plutôt orienté à gauche, d’autre part. À la recherche d’une majorité, von der Leyen a fait de nombreuses promesses aux eurodéputés qu’elle ne pourra pas tenir sans l’approbation des États membres. Le concept de Subsidiarité Selon le principe de la subsidiarité, le niveau le plus bas possible auquel une administration est (encore) efficace est le mieux à même de diriger. C’est pourquoi seules les compétences qu’une instance inférieure ne peut pas exercer ou peut moins bien exercer sont attribuées à une instance centrale ou supérieure ou inversement. L’idée sous-jacente est que les décisions politiques seront prises et exécutées en consultant le plus possible les citoyens. subsidiarité de la Commission Juncker n’est plus », explique le président de groupe Geert Bourgeois.

Une politique commerciale ambitieuse

Mais Bourgeois voit aussi des éléments positifs dans la commission von der Leyen. « Cette abstention ne signifie pas que tout est négatif. Certains choix politiques sont positifs, comme le meilleur contrôle des frontières extérieures et les décisions en matière de recherche et de développement. Il s’agit par ailleurs d’une Commission géopolitique avec une politique commerciale ambitieuse, moderne et affirmée. »

Une politique sociale trop éloignée du citoyen

L’eurodéputé Johan Van Overtveldt évaluera la Commission sur la base de sa politique. « Certains éléments nous préoccupent, comme l’idée d’une politique sociale européenne trop éloignée des citoyens. Nous restons favorables au principe de subsidiarité, avec une autonomie suffisante pour les États membres et les entités fédérées. Nous n’apprécions guère non plus les autres projets et le processus décisionnel en matière de fiscalité européenne. Ils risquent d’être néfastes pour les plus petits États membres, qui doivent pouvoir recourir à leur politique fiscale afin de soutenir leur économie. Nous soutenons en revanche la mise en place d’une union des marchés des capitaux et le plan d’action de l’UE pour les PME. »

Une Union brisée

Selon Assita Kanko, ce sera « quitte ou double » pour la Commission von der Leyen. « La confiance envers l’UE est mise à mal et des réformes s’imposent. Les citoyens européens souhaitent que cette Commission européenne offre des solutions. Elle va devoir travailler dur afin de rassembler cette Union brisée et de trouver des liens de collaboration pour mettre en œuvre ses plans, en particulier sur des points importants tels que la protection du mode de vie européen. Nous avons besoin de solutions efficaces afin de renforcer notre sécurité intérieure et de gérer la migration. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de