Travailler devient de moins en moins intéressant à cause du gouvernement De Croo

20 avril 2021
Bjorn Anseeuw

« Il est clair que les partis aux commandes du gouvernement fédéral n’entendent nullement miser sur la création d’emplois, mais plutôt sur le renforcement des allocations. » Les partenaires sociaux sont parvenus à un accord sur la répartition de l’enveloppe bien-être : plusieurs allocations sociales vont augmenter, dont l’allocation de chômage. « Ces augmentations viennent s’ajouter à la hausse des allocations de chômage déjà annoncée par le gouvernement en novembre », souligne le député fédéral N-VA Björn Anseeuw. « Le fait de ne pas travailler devient encore plus attractif et le gouvernement ne fait rien pour que les allocations de chômage encouragent au contraire le travail. »

Les allocations de chômage continuent d’augmenter

Les partenaires sociaux sont parvenus à un accord sur la répartition de l’enveloppe bien-être. Plusieurs allocations sociales vont être revues à la hausse, notamment les allocations de chômage, qui vont augmenter jusqu’à 3,5 % en fonction de la situation familiale. « Cette augmentation vient s’ajouter à l’indexation et à la hausse des allocations de chômage de 4,5 % d’ici 2024 déjà annoncée par le gouvernement en novembre », souligne Björn Anseeuw. « Les allocations de chômage les plus basses ne sont par ailleurs pas les seules à augmenter. Une nouvelle hausse de 1,1 % est également prévue pour les allocations les plus élevées. »

Risque de nouveau piège à l’emploi

La N-VA met en garde contre un nouveau piège à l’emploi. « L’écart entre travail et inactivité se réduit de plus en plus. Nous regrettons cette tendance, car si nous voulons maintenir notre Sécurité sociale En Belgique, la sécurité sociale relève jusqu’à aujourd’hui du fédéral. Les principaux piliers de la sécurité sociale belge sont l’assurance maladie-invalidité (INAMI), les pensions, l’assurance-chômage et les allocations familiales, sans oublier les maladies professionnelles, les accidents du travail et les vacances annuelles. Certains partis flamands prônent depuis longtemps le transfert de (grands pans de) la sécurité sociale aux régions et communautés. sécurité sociale abordable et favoriser la relance économique après la crise du coronavirus, nous devons au contraire encourager le travail. Nous constatons cependant que les décisions du gouvernement et des partenaires sociaux rendent avant tout l’inactivité plus attractive », explique Anseeuw.

Aucune mesure d’activation

Le gouvernement ne fait rien pour que les allocations de chômage aient un effet activateur. « Les gouvernements précédents avaient poursuivi la suppression progressive du régime de chômage avec complément d’entreprise ou augmenté la dégressivité des allocations de chômage. Même le gouvernement Di Rupo avait osé le faire. Les plans politiques du gouvernement De Croo ne contiennent en revanche pas la moindre mesure d’activation de ce type. »

Alors qu’il avait promis d’augmenter le taux d’emploi pour atteindre les 80 %, on attend encore sa première mesure concrète. « Il est clair que les partis aux commandes du gouvernement fédéral n’entendent nullement miser sur la création d’emplois, mais plutôt sur le renforcement des allocations », conclut Anseeuw.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de