Taxe Caïman : 18 milliards en provenance de paradis fiscaux

14 décembre 2018
Johan Van Overtveldt

Johan Van Overtveldt a beau ne plus être ministre des Finances chargé de la Lutte contre la fraude fiscale depuis près d’une semaine, cela ne veut pas dire que sa politique ne porte plus ses fruits. Bien au contraire. Grâce à la Taxe Caïman Appelée ainsi en référence aux îles Caïmans, un des plus grands paradis fiscaux du monde, et également connue sous le nom de taxe de transparence. La taxe Caïman a pour effet que des montages financiers complexes à l’étranger n’échappent aujourd’hui plus au fisc. Souvent, il s’agit de montages qui permettent de faire flotter des patrimoines, par exemple par le biais de trusts, entre deux propriétaires afin qu’aucun des deux ne soit imposé. taxe Caïman , les actifs belges dans les paradis fiscaux sont passés de 47 à 29 milliards d’euros, soit une diminution de pas moins de 18 milliards d’euros. Selon l’ex-ministre Van Overtveldt, de plus en plus de fraudeurs fiscaux reviennent en Belgique en raison de la taxe Caïman, du renforcement de l’échange d'informations international et de la régularisation fiscale avec tarifs à la hausse. « Au grand dam de ceux qui affirment le contraire, la lutte contre l’optimisation fiscale, la régularisation et la taxe Caïman fonctionnent », a tweeté un Johan Van Overtveldt fier du travail accompli.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de