Saisie plus rapide des avoirs criminels en Europe

4 octobre 2018

« Il est évident que l’Europe ne peut remporter la bataille contre le terrorisme qu’à travers une coopération étroite et une approche transfrontalière. La sécurité de nos citoyens est un domaine pour lequel l’Europe peut et doit apporter une plus-value. » L’eurodéputée Helga Stevens est satisfaite des nouvelles règles européennes contraignant les États membres à reconnaître et à mettre en œuvre plus rapidement les décisions mutuelles de gel et de saisie des avoirs criminels. Cette mesure doit permettre d’éviter que les criminels ne puissent déplacer leurs avoirs d’un pays de l’UE à l’autre. L’objectif à terme est de tarir le financement du terrorisme et de la criminalité.

Un temps précieux

La confiscation est un moyen de lutte efficace contre le crime organisé et le terrorisme. Malheureusement, elle n’est que trop peu utilisée dans des situations impliquant plusieurs pays. « Ces règles ont pour but de changer les choses. Le champ d’application sera étendu, avec une saisie auprès de tiers. En ce qui concerne la demande de geler l’argent des criminels, un délai de 48 heures sera accordé pour la reconnaissance de la demande et un autre de 48 heures pour sa mise en œuvre. Grâce à ces délais courts, nous allons gagner un temps précieux », explique Helga Stevens.

Une politique de sécurité ferme

Actuellement, à peine 1,1 % des avoirs criminels sont saisis. « Les criminels peuvent trop facilement dissimuler leurs avoirs à travers toute l’Europe. Cette nouvelle législation européenne doit permettre de geler et de confisquer plus rapidement et plus efficacement l’argent des criminels. Et ce, dans le cadre de l’extension d’une politique de sécurité européenne ferme, la collaboration transfrontalière y occupant une place centrale », conclut Helga Stevens.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de