Relevez la tête !

4 juin 2021

« Relevez la tête ! » C’est dans cet état d’esprit que les députées fédérales N-VA Kathleen Depoorter, Frieda Gijbels et Yoleen Van Camp ont introduit une proposition de résolution visant à réformer les soins de santé mentale.

Défaillances de notre système de soins

La crise du Covid-19 a mis au jour les défaillances de notre système de soins. Les soins de santé mentale, qui font partie intégrante de nos soins de santé, ne sont pas organisés de manière efficace et ne sont donc pas équipés pour répondre à la demande actuelle. Ils ne sont par ailleurs pas suffisamment flexibles pour réagir à une situation d’urgence comme la pandémie actuelle.

La résolution votée, la mise en œuvre se fait attendre

L’année dernière, le parlement a permis d’augmenter les moyens destinés aux soins de santé mentale prévus dans le budget. Une résolution a également été votée prévoyant que 12 % des moyens fédéraux destinés aux soins de santé soient investis dans les soins de santé mentale d’ici 2030. Si l’intention est là, la mise en œuvre se fait toutefois attendre.

Chaque suicide non évité est un suicide de trop

Le secteur des soins de santé mentale est mis à rude épreuve depuis la pandémie. Les problèmes d’anxiété, les troubles de l’humeur et la dépendance à l’alcool ont en effet fortement augmenté. Notre pays reste par ailleurs l’un des leaders européens au niveau de la prescription d’antidépresseurs et de psychotropes et le nombre de suicides est extrêmement élevé. Chaque suicide non évité est un suicide de trop.

Besoin de réformer les soins de santé mentale

« Nous devons réformer les soins de santé mentale afin de pouvoir, via une détection et une intervention précoces, la continuité des soins, une approche méthodique et le recours à une pratique fondée sur des preuves et des indicateurs, améliorer le bien-être général des patients à travers des soins de santé somatique et mentale en parfaite symbiose. À travers notre proposition de résolution, nous demandons au gouvernement fédéral de mettre rapidement en place des soins de santé mentale accessibles et intégrés, avec une attention particulière pour les enfants, les jeunes, les personnes atteintes de démence précoce et les patients socialement vulnérables. Pour ces patients en particulier, nous devons mettre en place un plan garantissant l’accès aux soins de santé mentale à court terme », conclut la députée fédérale Kathleen Depoorter.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de