Mathias Vanden Borre : « Les politiciens de gauche protègent les bandes de jeunes à Bruxelles »

7 mai 2020
Mathias Vanden Borre

« Parfois, la police est littéralement le dernier rempart contre le chaos et la violence », explique le député bruxellois Mathias Vanden Borre. Sur Radio 1, le syndicat de police SLFP a dit les choses telles qu’elles sont : les politiciens de gauche protègent les bandes de jeunes à Bruxelles. « Nous craignons que la situation ne nous échappe bientôt. »

Le syndicat de police confirme ce que la N-VA dénonce depuis des années à Bruxelles. Mathias Vanden Borre : « Les bandes de jeunes descendent dans la rue afin de défier la police et de prendre le pouvoir dans certains quartiers. Cette aversion caractérisée pour la loi et notre société est alimentée par un terreau criminel, comme le trafic de drogue et les prédicateurs extrémistes. L’abstention coupable des décisionnaires locaux est saisissante. »

Aucune entrave

Vanden Borre qualifie la situation d’explosive : des bandes de jeunes, des prédicateurs de haine et des extrémistes ciblent expressément la police et les politiciens locaux, principalement PS, ne font rien. « Une attitude incompréhensible, car la police est parfois littéralement le dernier rempart contre le chaos et la violence. »

Enfin briser ce cercle vicieux

Il est cynique de voir que ce sont précisément ces politiciens locaux qui sont au pouvoir depuis des années, mais qu’ils n’ont jamais amélioré la situation de ces jeunes. « C’est Bruxelles et 99 % des Bruxellois, musulmans ou non, qui en font malheureusement les frais. Nous devons enfin briser ce cercle vicieux », conclut Vanden Borre.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de