Les factures d’hôpital impayées largement plus élevées à Bruxelles et en Wallonie qu’en Flandre

5 novembre 2019

Le montant des factures d’hôpital impayées en Wallonie et à Bruxelles atteint plus du double de celui de la Flandre. La N-VA y voit une énième preuve de la différence d’approche et de mentalité entre les régions. « On se rend compte une nouvelle fois que la Frontière linguistique La frontière linguistique entre la région Flamande et la région Wallonne a été fixée définitivement durant la période 1962-1963. L’arrondissement de Bruxelles-Capitale est officiellement bilingue. La frontière linguistique n’est pas une invention flamande. Les francophones, et surtout les socialistes, ont voulu dès le début du 20ème siècle que soient créées des régions unilingues en Belgique. Aujourd’hui, les Flamands souhaitent que la frontière linguistique et le bilinguisme de Bruxelles soient respectés. frontière linguistique est aussi une frontière de soins », estime la N-VA.

Des coûts en hausse

La députée Gijbels a demandé à la ministre Maggie De Block les chiffres relatifs au nombre de factures d’hôpital impayées. En chiffres absolus, les coûts augmentent. En 2010, les factures d’hôpital impayées s’élevaient à 447,3 millions d’euros. Pour le dernier exercice complet, 2017, on a atteint les 486,2 millions d’euros. Quant à 2018, les chiffres sont encore provisoires mais s’élèvent déjà à 356,7 millions d’euros. La N-VA tient à préciser : « En termes relatifs, les factures impayées baissent de 2,77 % à 2,43 %. Les hôpitaux ont compris l’ampleur du problème et suivent mieux les paiements. Mais il est possible de faire mieux. »

Frontière linguistique = frontière de soins

La répartition entre les régions souligne clairement une meilleure approche des mauvais payeurs en Flandre. « Une fois de plus, on remarque que la frontière linguistique est aussi une frontière de soins et de mentalité », explique la N-VA. En 2017, on a atteint un montant de 148,5 millions de factures impayées en Flandre. La Wallonie et Bruxelles offrent une autre image : plus du double par rapport à la Flandre. En Wallonie, le montant des factures impayées s’élevait à 208,4 millions ; à Bruxelles, il était de 129,3 millions d’euros. Soit un total de 337,7 millions d’euros.

Une situation hallucinante à Bruxelles

Bruxelles se dirige vers une augmentation en 2018, ce qui reviendrait à 142,3 millions d’euros sur la base du chiffre d’affaires de 2017 en cas de politique inchangée. Des chiffres hallucinants selon la N‑VA. « Alors que la population est six fois plus petite qu’en Flandre, il n’y a que six millions de différence au niveau des factures impayées. Concrètement, on compte 23,60 euros de factures impayées par Flamand, 58,20 euros par Wallon et pas moins de 118,60 euros par Bruxellois. »

Le patient paie deux fois

« On voit bien que le changement d’approche en Flandre porte ses fruits », explique la N-VA, « les autres régions doivent absolument suivre cet exemple. La facture risque en effet de retomber sur la Sécurité sociale En Belgique, la sécurité sociale relève jusqu’à aujourd’hui du fédéral. Les principaux piliers de la sécurité sociale belge sont l’assurance maladie-invalidité (INAMI), les pensions, l’assurance-chômage et les allocations familiales, sans oublier les maladies professionnelles, les accidents du travail et les vacances annuelles. Certains partis flamands prônent depuis longtemps le transfert de (grands pans de) la sécurité sociale aux régions et communautés. sécurité sociale , ou pire, l’honnête payeur. À Bruxelles, on observe déjà une augmentation spectaculaire des suppléments d’honoraires, parfois jusqu’à 300 %. Les hôpitaux utilisent ces suppléments en partie pour remplir leurs caisses. Le patient honnête paie donc deux fois : la facture et les honoraires plus élevés. Mais les hôpitaux ont aussi un rôle à jouer : une communication claire et un suivi efficace sont indispensables. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de