Les déchets plastiques n’ont pas leur place dans une Europe durable

27 mars 2019

Le Parlement européen a approuvé mercredi une nouvelle série de mesures contre les déchets plastiques dans nos mers et océans. L’eurodéputé Mark Demesmaeker a participé aux négociations et exprime sa satisfaction : « Le week-end dernier, une dixième action de nettoyage a été organisée sur nos côtes flamandes. Plus de 7000 volontaires ont ramassé pas moins de 11,5 tonnes de déchets, dont deux fois plus de plastique que l’an dernier. Plus de 80 % des déchets abandonnés sur nos plages sont en plastique. Environ la moitié provient de produits jetables. Si nous n’agissons pas, il y aura plus de plastique que de poissons dans nos mers d’ici 2050. Nous devons changer les choses. Ces mesures ambitieuses vont dans ce sens. »

Une avancée importante

L’Europe va interdire différents produits pour lesquels il existe déjà des alternatives durables et abordables, comme les couverts et les assiettes en plastique. Les États membres devront par ailleurs réduire l’utilisation de contenants alimentaires et de gobelets à usage unique en plastique. En outre, une meilleure conception des produits, un meilleur étiquetage et des actions de sensibilisation contribueront aussi à la prévention des déchets. Les producteurs vont par ailleurs aussi devoir payer pour le nettoyage des déchets, une mesure fondamentale. « C’est incontestablement une avancée. En Flandre, les producteurs participent déjà à la lutte contre les déchets, par exemple via les actions de sensibilisation de Mooimakers. L’Europe va plus loin et apporte une solution structurelle et efficace en termes de coûts », explique Mark Demesmaeker.

La barre plus haut

Autre élément important : d’ici 2029, 90 % des bouteilles en plastique à usage unique devront être collectées séparément par les États membres. « Cette mesure aura ses effets, y compris en termes de réduction du CO2. Chaque tonne de plastique recyclé correspond à une voiture en moins sur les routes. Les bouteilles en plastique sont les déchets les plus retrouvés sur nos plages. En outre, le Parlement européen est parvenu à convaincre les États membres de faire en sorte que d’ici 2030, toutes les bouteilles soient composées à 30 % de plastique recyclé. La Flandre met la barre plus haut avec un objectif de recyclage des emballages de boissons en plastique de 90 % d’ici 2022 et un objectif de 50 % de plastique recyclé dans les bouteilles en PET d’ici 2025 », explique Mark Demesmaeker.

Lutte contre les filtres à cigarette

L’Europe s’engage aussi dans la lutte contre les filtres à cigarette en plastique, deuxièmes déchets les plus retrouvés. Mark Demesmaeker en souligne l’importance : « Un mégot de cigarette en plastique ne se décompose pas et peut polluer à lui seul jusqu’à 500 litres d’eau. Les producteurs de filtres contenant du plastique vont devoir contribuer aux frais de nettoyage et à l’infrastructure publique nécessaire pour collecter ces mégots. En outre, en plus des avertissements en matière de santé, les emballages des produits du tabac contenant du plastique comporteront également un avertissement environnemental. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de