Le ministre Vandenbroucke reconnaît lui aussi la faute de la secrétaire d’État De Bleeker concernant les contrats d’achat de vaccins

7 janvier 2021

La secrétaire d’État De Bleeker et le ministre Vandenbroucke reconnaissent tous deux la nature confidentielle des informations partagées. Pour le groupe N-VA à la Chambre, De Bleeker admet ainsi avoir commis une faute grave. Mais Vandenbroucke est lui aussi responsable. « Sur un terrain glissant, il a tenté de se débarrasser à la hâte de ce dossier très embarrassant. »

Dans un tweet du 17 décembre 2020, la secrétaire d’État au Budget De Bleeker avait publié des informations importantes relatives à l’achat de vaccins par notre pays. Rapidement supprimé, ce tweet enfreignait l’obligation de confidentialité concernant l’appel d’offres relatif aux vaccins contre le Covid-19.

Attitude peu collégiale de Vandenbroucke

La N-VA avait immédiatement interrogé le ministre de la Santé publique Vandenbroucke, qui semblait ne pas avoir d’informations. La secrétaire d’État et le ministre ont pourtant admis aujourd’hui que c’était son cabinet qui avait ordonné la suppression du tweet. « Le ministre a manipulé la Chambre ce soir-là, c’est très grave », estime la N-VA. « Dans d’autres pays, cela aurait des conséquences. À travers une motion, je demande donc une condamnation formelle de la part de la Chambre. Ce n’est pas ce que l’on attend d’un gouvernement qui nous parle sans cesse de nouvelle culture politique. Le ministre Vandenbroucke, pourtant expérimenté, a par ailleurs fait preuve d’une attitude peu collégiale en laissant la secrétaire d’État se débrouiller seule alors qu’il était lui-même largement impliqué. »

Faute grave de De Bleeker

La secrétaire d’État De Bleeker a expliqué ne pas pouvoir dire si les informations contenues dans le tweet litigieux étaient correctes ou non. « Implicitement, elle a ainsi admis avoir partagé des informations confidentielles et commis une faute grave. Le ministre Vandenbroucke a lui été formel : les informations partagées étaient bel et bien confidentielles », poursuit la N-VA.

Des autorités fédérales négligentes

Nous réclamons la plus grande transparence de la part des autorités vis-à-vis des citoyens, surtout dans des dossiers majeurs comme le coronavirus et la lutte que nous menons actuellement. Cette transparence s’arrête là où des obligations contractuelles sont sur le point d’être enfreintes. La négligence des autorités en la matière met à mal leur crédibilité.

Avare en réponses

« Pourtant si éloquent d’habitude, le ministre de la Santé publique s’est par ailleurs montré très avare en réponses et n’a utilisé que la moitié de son temps de parole. Lui qui a l’habitude de dépasser son temps de parole lorsqu’il répond aux questions parlementaires, il s’en est cette fois minutieusement tenu à la réponse qu’il avait préparée. Sur un terrain glissant, il a tenté de se débarrasser à la hâte de ce dossier très embarrassant », conclut la N-VA.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de