Le groupe N-VA déçu de la note de politique du ministre Vandenbroucke : « C’était l’occasion de réformer »

10 novembre 2020

Alors que la crise du coronavirus frappe le pays et que la santé publique est la première des priorités, la note de Frank Vandenbroucke se base sur les promesses déjà faites en 2014. Aucune trace d’une poursuite de la régionalisation des soins de santé. « Pour le groupe N-VA, c’est une occasion manquée. »

Maintenant que les faiblesses de l’organisation actuelle de nos soins de santé sont clairement apparues, il nous manque une vision claire des soins de santé de demain.

Le coronavirus expose les faiblesses

L’approche de la crise du coronavirus a mis en avant de manière douloureuse la fragmentation et l’inefficacité de l’organisation de nos soins de santé. Le groupe N-VA attendait donc un plan d’action clair du ministre Vandenbroucke. Qu’il avance vers la régionalisation des soins afin de les rapprocher du patient, comme dans les pays qui font le mieux face à cette crise (Allemagne). « Nous déplorons qu’il n’en soit rien dans les plans et que la note ait même tendance à éroder les compétences régionales, par exemple en matière de prévention et de politique contre les drogues », explique la N‑VA.

Aucune leçon tirée : aucune vision dans la note de politique

Plus de six mois après le début de la crise du coronavirus, aucune leçon n’en a encore été tirée. Nous nous retrouvons à nouveau en confinement, avec une réduction des soins réguliers. Nous sommes à nouveau contraints de recourir aux grands moyens, avec de graves conséquences pour l’économie et la santé mentale. La note de politique devrait contenir une vision permettant de faire face à de telles crises. « Il nous faut une gestion de crise solide, avec les avis de toute une série d’experts. Nous devons également accorder une place de choix aux autres disciplines, comme la psychologie du comportement. Nous proposons de mettre en place des séances Covid techniques avec présentation régulière et explication de l’ensemble des chiffres. Nous pourrions ainsi suivre l’évolution de la crise en toute transparence et agir en temps voulu si nécessaire », explique la N-VA.

Financement des hôpitaux et soins

En ce qui concerne le financement des hôpitaux, la note reste assez superficielle. Alors que le secteur lui-même indique qu’une réforme est urgente et absolument nécessaire, la note de politique ne prévoit aucune approche innovante. Les garanties de réformes pertinentes sont infimes en l’absence d’objectifs finaux ou de chiffres spécifiques. « La N-VA se réjouit bien évidemment des moyens supplémentaires destinés au personnel soignant, mais ces mesures avaient déjà été décidées par le parlement. Difficile donc de parler d’une nouvelle approche dans la note », estime la N-VA.

Médicaments

La politique relative aux médicaments manque encore de transparence et ne contient pas suffisamment d’objectifs concrets ni de directives scientifiques. L’accès à des médicaments innovants coûteux reste donc limité et les mutuelles gardent la main dans de tels dossiers et pour la définition de la politique.

Une occasion manquée

« Pour le groupe N-VA, cette note de politique est une occasion manquée. C’était l’occasion de réformer entièrement nos soins de santé, et elle n’est pas du tout exploitée. Tout le monde s’accorde à dire qu’il y a trop de ministres de la Santé, mais cette note de politique ne donne aucun espoir d’amélioration en termes d’efficacité. Une poursuite de la régionalisation rapprocherait pourtant les soins du citoyen et permettrait aux régions de faire leurs propres choix et d’en tirer les bénéfices », conclut la N-VA.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de