Le gouvernement reçoit les éloges de la Banque Nationale

15 décembre 2017

Une croissance plus soutenue et davantage d’emplois, telles sont les constatations de la Banque Nationale de Belgique dans ses projections d’automne qu’elle a publiées aujourd’hui. Elle prévoit également un pouvoir d’achat bien plus élevé des ménages en 2018. Ce rapport est la cerise sur le gâteau du gouvernement des réformes en faveur des familles.

La Banque Nationale analyse premièrement les résultats de l’année en cours de 2017. Et force est de constater qu’ils sont excellents : la croissance belge a augmenté pour s’élever à 1,7 %, et ce principalement en raison d’un pic plus élevé que prévu des investissements d’entreprises et du nombre d’emplois créés.

Un marché du travail aux reins solides

La Banque Nationale couvre d’éloges la politique de la coalition en place. « La création d’emplois est stimulée par les récentes mesures, à savoir la réduction de la modération du coût salarial et les réformes structurelles qui élargissent l’offre effective de postes de travail. Cela se traduit par un taux de participation plus élevé, surtout parmi les travailleurs plus âgés », déclare la N-VA.

Travailler plus longtemps n’est plus tabou, la politique est efficace et mérite d’être poursuivie et renforcée.

Des finances publiques plus saines

Outre un marché du travail plus solide, la Banque Nationale met en avant les finances publiques, qui sont plus saines. La Belgique aurait aujourd’hui un excédent budgétaire si la dette publique accumulée au fil des ans n’avait pas été aussi importante. Selon la BNB La Banque Nationale de Belgique (BNB) est la banque centrale belge. Depuis l’introduction de l’euro, la BNB est l’un des participants au Système Euro, dont la Banque Centrale Européenne, qui siège à Francfort, est le centre. Aujourd’hui, la Banque Nationale de Belgique est une société anonyme et la moitié des actions est aux mains de l’État belge. BNB , le déficit budgétaire de 2017 s’élèvera à 1,2 % du PIB Le produit intérieur brut (PIB) correspond à la production totale de biens et de services au sein d’un pays, tant d’entreprises que des administrations. Il est généralement utilisé comme critère d’évaluation de la prospérité d’un pays. C'est la raison pour laquelle la N-VA surveille de près l’évolution du PIB belge. PIB , soit 0,8 % de plus que ce qui avait été prévu au printemps. « Le gouvernement a pour ainsi dire obtenu une grande distinction, faisant une nouvelle fois taire les voix les plus critiques », poursuit le parti.

Augmentation du revenu disponible

Selon la Banque Nationale, les perspectives sont également excellentes pour 2018 et 2019 : la croissance économique sera plus importante que prévu. Par ailleurs, le Tax shift Il est question de tax shift ou de glissement d’impôts lorsqu’un nouvel impôt est introduit ou qu’un impôt existant est majoré pour en réduire ou en supprimer un autre. La N-VA est partisane d’un glissement des charges sur le travail vers des charges sur la consommation ou la pollution de l’environnement, par exemple, mais pas d’un impôt qui augmente la pression fiscale totale. tax shift a atteint sa vitesse de croisière, ce qui entraîne une forte baisse de la charge fiscale. Résultat : le revenu disponible (donc après impôts) augmentera en 2018 de près de 2 % et passera à 2,4 % en 2019. Le taux d’épargne, c’est-à-dire l’argent que les gens peuvent mettre sur un livret d'épargne ou dans un plan d’investissement, augmentera pour la première fois.

Poursuite de la politique

Il est toutefois souligné dans le rapport que sans nouvelles mesures, les dépenses publiques repartiront à la hausse, avec toutes les conséquences qui en découlent en matière de charge fiscale et de déficit budgétaire. En raison du vieillissement de la population et du manque de mesures prises par le passé, le gouvernement actuel ainsi que les prochains gouvernements devront poursuivre les réformes.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de