Le gouvernement Di Rupo n’entend-il pas la sonnette d’alarme ?

4 octobre 2012

La semaine prochaine marquera, à la Chambre et au Sénat, le début de l'année parlementaire. Les partis de la majorité bloquent toute activité depuis maintenant 10 semaines, au grand agacement de la N-VA. La gouvernance de Di Rupo en est réduite à sa plus simple expression. Cette année, le Premier ministre ne fera même pas de « discours sur l’état de l’Union » devant le Parlement. N’entend-il pas les signaux d’alarme ? Ce mardi encore, le Standaard titrait que jamais autant de faillites n’avait été enregistrées qu’en septembre dernier. Huit mille entreprises ont déjà déposé le bilan cette année, provoquant la perte instantanée de 15 956 emplois (chiffres Graydon). Het Laatste Nieuws annonce aujourd’hui un dérapage de la Sécurité sociale En Belgique, la sécurité sociale relève jusqu’à aujourd’hui du fédéral. Les principaux piliers de la sécurité sociale belge sont l’assurance maladie-invalidité (INAMI), les pensions, l’assurance-chômage et les allocations familiales, sans oublier les maladies professionnelles, les accidents du travail et les vacances annuelles. Certains partis flamands prônent depuis longtemps le transfert de (grands pans de) la sécurité sociale aux régions et communautés. sécurité sociale de pas moins de 311,7 millions d’euros depuis l’été, ajoutant que le gouvernement fédéral doit, cette année encore, combler un déficit budgétaire d’un milliard d'euros. Qu’attend Di Rupo ? Quel contraste avec la politique du Gouvernement flamand ! Avec le concours de la N-VA, celui-ci a mis la dernière main à son budget 2013. Un budget une nouvelle fois en équilibre, sans la moindre hausse d'impôts et avec d'importantes économies.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de