Le citoyen européen réclame des changements mais a droit à une stagnation qui s'enlise

15 juillet 2014

Grâce à un vote à la majorité au Parlement européen, l’ex premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker a été officiellement désigné en tant que président de la nouvelle Commission européenne. « Une opportunité manquée », estime la N-VA, qui souhaiterait voir l’Union européenne s’engager sur une nouvelle voie. « La décision de nommer Juncker témoigne d’un manque d’inspiration. La stagnation risque de s’enliser. »

En dépit de l’élection de Jean-Claude Juncker, la N-VA garde une position constructive. « Lorsque le nouveau président fera siennes des priorités telles que l’accomplissement de l’union monétaire, l’approfondissement du marché interne, la création d’un espace de justice et de sécurité et le renforcement de la sécurité énergétique, il trouvera en notre parti un allié. Nous sommes dès lors impatients de découvrir l’équipe de nouveaux commissaires constituée par Jean-Claude Juncker. Espérons qu’à leurs côtés, il adoptera un style plus moderne que son président afin d’engager l’Union européenne sur une nouvelle voie », conclut Johan Van Overtveldt.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de