La N-VA veut mettre un terme aux facilités linguistiques à Renaix

2 février 2018
Renaix

La N-VA demande la suppression des facilités linguistiques à Renaix. Elles sont non seulement obsolètes, mais ont aussi prouvé leur inefficacité. La N-VA soutient activement les partis de la ville flamande qui ont introduit une motion en ce sens au conseil communal.

Renaix est une ville flamande, dont la langue administrative est le néerlandais. En 1962, les facilités linguistiques ont été mises en place afin de permettre aux francophones de s’adapter progressivement au néerlandais. Mais peut-on encore parler de « mesure de transition » 55 ans plus tard ? Une période de plus d’un demi-siècle me semble largement suffisante.

Les facilités coûtent de l’argent à Renaix

Le parti ajoute que les facilités linguistiques ont aussi un impact négatif sur le budget de la ville : « Renaix ne peut pas fusionner avec d’autres communes des alentours en raison de son statut spécial. La ville ne peut dès lors pas bénéficier des avantages d'un élargissement d’échelle et passe ainsi à côté d’une reprise de dette d’environ 13 millions d’euros. »

Une éventuelle suppression des facilités linguistiques n’aurait aucun impact sur le droit d'utiliser sa propre langue en privé. « Renaix est une ville très accueillante pour les allophones », conclut la N-VA.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de