La N-VA demande d’agir contre la hausse continue des prix des aliments

23 décembre 2020

Les prix des aliments ont encore fortement augmenté dans notre pays cette année. C’est ce qui ressort de la réponse du ministre fédéral de l’Économie Dermagne à une question de la N-VA. « Il est grand temps que le gouvernement fédéral agisse de manière structurelle face au problème des prix élevés dans nos supermarchés. »

Les prix des voitures et des ordinateurs et périphériques ont augmenté de 2,5 et 5,5 % respectivement. Les prix des aliments non transformés, comme les fruits et légumes, ont augmenté de 6,6 % cette année, et les prix des aliments transformés (snacks, boissons et plats préparés) de 2,1 %. C’est ce qui ressort de la réponse du ministre fédéral de l’Économie Dermagne à une question de la N-VA. La N-VA a demandé au ministre une étude globale, pour tous les secteurs, sur les hausses de prix dans notre pays. « Nous saurons ainsi où se situe le problème. Les autorités pourront alors agir de manière ciblée. » Le ministre n’a toutefois pas accédé à cette demande.

Plus chers que nos voisins

Si la crise du coronavirus a indéniablement provoqué une hausse des prix dans les supermarchés, la tendance est perceptible depuis plusieurs années déjà. Une étude de 2017 montre en effet que pour des produits identiques, le consommateur belge paie en moyenne 13,4 % plus cher que le consommateur allemand, 12,9 % plus cher que le consommateur néerlandais et 9,1 % plus cher que le consommateur français.

Manque de flexibilité de la législation du travail

D’après la N-VA, cela s’explique par des facteurs sous-jacents spécifiques à notre pays, comme le manque de flexibilité de la législation du travail. « La régulation stricte en vigueur en Belgique explique en grande partie ces prix élevés dans nos supermarchés. Notre législation n’est pas adaptée au XXIe siècle, alors que nos voisins sont déjà bien plus avancés. Pensons par exemple à l’industrie croissante de l’e-commerce, entravée par la législation belge alors qu’elle devrait être facilitée. La réglementation relative aux centres de distribution est par ailleurs beaucoup plus souple aux Pays‑Bas. Les chaînes comme Albert Heijn et Jumbo, dont les centres de distribution se situent aux Pays-Bas, ne sont donc pas soumises aux mêmes règles que nos supermarchés belges. »

Manque de concurrence

La N-VA souligne également le manque de concurrence dans notre pays. « D’après une étude de l’OCDE, le commerce de détail belge fait partie des cinq les moins concurrentiels d’Europe. Un marché ouvert et concurrentiel est pourtant essentiel en vue d’une offre plus large, d’un meilleur service et de prix plus bas pour les consommateurs. »

Baisse durable des prix dans les supermarchés

Au mois de mai, la N-VA avait introduit une résolution mettant en avant différentes solutions pour une baisse durable des prix dans les supermarchés.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de