La N-VA bruxelloise sévère face au plan de relance bruxellois : « Ceci n’est pas une relance »

17 juillet 2020
Brussel

« Les Bruxellois veulent une politique énergique et non quelques gesticulations à la marge. » Ce n’est pas un « plan de relance » que le Parlement bruxellois a approuvé, mais une modification budgétaire de 120 millions d’euros. Une modification budgétaire masquée. C’est ce qu’affirme non seulement le groupe N-VA au Parlement bruxellois, mais aussi l’Inspecteur des Finances.

Pas de mesures durables ni structurelles

Pour le groupe N-VA au Parlement bruxellois, le plan de relance de la Région de Bruxelles-Capitale n’est rien de plus que la reconduction des mesures prises contre le coronavirus sous un nouveau nom. Une véritable politique de relance doit être faite de mesures durables et structurelles. « La relance, c’est préparer l’avenir, faire preuve d’ambition et d’audace. Mais c’est surtout investir et prendre des mesures structurelles. On ne remarque rien de tout cela ici. Je crois que l’équipe gouvernementale a trouvé un mini-accord lui permettant de se répartir les moyens insuffisamment utilisés. Le gouvernement n’a toujours pas de véritable accord concernant ce pour quoi il entend utiliser les moyens à sa disposition. Nous attendons toujours le budget après un an », explique la présidente de groupe Cieltje Van Achter.

« Cher gouvernement, votre bilan est lamentable ! »

Le gouvernement bruxellois ne se concentre pas sur les véritables problèmes. Le député bruxellois Gilles Verstraeten explique : « Aucun soutien véritable et structurel à travers des prêts et des garanties n’est prévu pour les milliers de PME, de TPE et d’indépendants de notre Région. Et ce, alors que selon l’Unizo, près d’un tiers des PME bruxelloises qui étaient encore en bonne santé avant la crise du coronavirus n’ont plus assez de réserves pour surmonter la crise. Cela représente plus de 22 000 entreprises. Rien que dans l’horeca, 1200 des quelque 4000 restaurants vont devoir déposer le bilan selon Horeca Bruxelles. »

« Cher gouvernement, votre bilan est lamentable. Vous êtes les champions de l’immobilisme. Faites votre travail et osez prendre des décisions. Les Bruxellois veulent une politique énergique et non quelques gesticulations à la marge », conclut Van Achter.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de