La N-VA à propos du vote de confiance au gouvernement Wilmès : « Un petit numéro inutile à l’heure où le coronavirus sévit »

19 mars 2020

« Il y a de quoi se demander s’il n’y a pas autre chose qui se trame. » Dans De Ochtend, la N-VA a fait part de ses interrogations quant à la nécessité d’un vote de confiance au gouvernement Wilmès. « Alors que le coronavirus sévit, il est étrange de se réunir au Parlement pour parler de quelque chose qui n’a rien à voir avec la lutte contre le virus. » La N-VA a rappelé être prête à soutenir les mesures contre le coronavirus.

À moitié de plein exercice, à moitié en affaires courantes

« C’est le même gouvernement, avec les mêmes ministres. » La N-VA ne voit aucune raison de procéder à un vote de confiance pour un gouvernement de plein exercice qui n’en est pas un. « Wilmès explique elle-même que le gouvernement reste en affaires courantes pour ce qui ne relève pas du coronavirus. Elle n’a par ailleurs aucun programme. On nous demande donc d’accorder notre confiance à un gouvernement qui n’est pas de plein exercice. Je ne pense pas que ce soit ce qui intéresse l’opinion publique en ce moment. »

Selon la N-VA, Wilmès peut parfaitement poursuivre en affaires courantes avec des pouvoirs spéciaux. « Un gouvernement en affaires courantes peut prendre toutes les mesures nécessaires. Le petit numéro du jour (le vote de confiance, N.D.L.R.) est donc totalement inutile. »

Ressentiment contre la N-VA

La N-VA renvoie une nouvelle fois au rapprochement avorté entre la N-VA et le PS le week-end dernier. « Ce week-end, le ressentiment contre la N-VA s’est renforcé. C’est particulièrement regrettable au vu des circonstances. Mais nous voyons au-delà. Nous restons disposés à soutenir les mesures afin d’éradiquer le coronavirus. Il n’y a donc pas lieu de débattre du statut du gouvernement au Parlement. »

Ne pas être naïfs

La N-VA appelle à la vigilance. « Il sera très important d’analyser comment les pouvoirs spéciaux sont utilisés dans la pratique. Nous allons devoir nous assurer qu’aucun abus n’est commis. N'oublions pas que le Parlement est mis de côté, ce n’est pas rien. Il ne faut pas non plus oublier le rôle du Conseil d’État. Chacun doit rester attentif, nous ne devons pas être naïfs. »

À la question de savoir si le vote de confiance serait une étape vers une coalition Vivaldi dans six mois, la N-VA répond : « Il y a en effet de quoi se demander s’il n’y a pas autre chose qui se trame. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de