Johan Van Overtveldt à propos de l’augmentation des taux de la BCE : « Too little, too late »

10 juin 2022
Johan Van Overtveldt

Après des mois d’atermoiements, la Banque centrale européenne a décidé de relever ses taux. Pour l’eurodéputé et ancien ministre des Finances Johan Van Overtveldt, cette décision arrive bien trop tard. « Dès l’année dernière, tous les signaux indiquaient que l’inflation allait devenir problématique, mais la BCE a préféré attendre. Cette intervention ne suffira donc pas. »

« La BCE craignait évidemment les conséquences d’une telle hausse au niveau de la croissance économique, des finances publiques et de la stabilité des marchés financiers. Mais je pense qu’à cause des reports de la BCE, ces conséquences seront encore plus importantes », explique Van Overtveldt, rappelant qu’il avait déjà fait part des risques d’une Inflation L’inflation est l’augmentation du niveau général des prix. La signification originale (littéralement : « gonfler ») a trait à l’inflation monétaire. En d’autres termes, la quantité d’argent augmente. Aujourd'hui, on entend par inflation essentiellement l’inflation des prix, soit une dévalorisation implicite de l’argent qui entraîne une diminution du pouvoir d’achat. inflation élevée l’année dernière. « Gouverner, c’est prévoir, et la BCE n’a pas su le faire selon moi. »

Les conséquences de l’augmentation des taux pour les finances belges devraient rester tolérables à court terme. « Les personnes compétentes au sein de la cellule chargée de cette question ont fait en sorte de prolonger la durée de notre dette publique de sept à dix ans. En tant qu’ancien ministre des Finances, j’y ai toujours été particulièrement attentif. Cela signifie que la hausse des taux n’aura d’impact substantiel qu’après un à deux ans. »

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de