Groen et Ecolo bloquent sciemment des exportations cruciales vers l’Ukraine et le Royaume-Uni

18 novembre 2022
Anneleen Van Bossuyt

Le Premier ministre De Croo et plusieurs ministres fédéraux n’ont pas peur des mots pour témoigner de notre soutien envers l’Ukraine. Mais à l’international, la réalité est bien différente : la Belgique ne fait qu’un effort minimal pour apporter un soutien militaire pourtant indispensable au pays occupé. Pire : la Vivaldi entrave activement tout soutien, notamment à travers le véto de Groen/Ecolo. Pour de nombreux alliés, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Si la presse a récemment évoqué le défaut de livraison de matériel non militaire à un allié de l’OTAN (le Royaume-Uni), elle n’a en réalité connaissance que de la partie émergée de l’iceberg en raison du secret défense qui entoure le dossier. Depuis l’été, ce ne sont en effet pas une mais deux licences d’exportation fédérales qui ont été sciemment bloquées par les partis écologistes au gouvernement. Une vers le Royaume-Uni pour une presse isostatique et une autre vers l’Ukraine pour une fraiseuse. La première doit garantir la qualité des armes nucléaires britanniques, l’autre permettre à l’Ukraine de maintenir sa production de munitions, deux éléments essentiels pour le combat de l’Ukraine contre la Russie et la crédibilité de la dissuasion nucléaire de l’OTAN.

Les partis écologistes inflexibles

Groen et Ecolo sont en mesure de bloquer ces exportations car elles relèvent de la loi CANPAN, qui dispose que l’exportation d’équipements pouvant éventuellement être utilisés à des fins nucléaires requiert l’accord de la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten. Ce blocage n’est pas nouveau et remonte à l’été. Les partenaires de coalition ont déjà préparé un projet de loi afin d’adapter la loi CANPAN et de remettre les dossiers sur les rails. Mais malgré les pressions de l’étranger et les démarches des partenaires de coalition (la ministre Lahbib encore récemment), les partis écologistes restent inflexibles.

Un scandale

Pour la députée fédérale Anneleen Van Bossuyt, c’est un véritable scandale. « Groen et Ecolo portent une lourde responsabilité dans ce dossier. Ils abusent de leur position au sein du département Énergie. On se demande bien pourquoi, car dans le cas de l’Ukraine en particulier, il est tout à fait improbable que ces équipements soient utilisés pour la production d’armes nucléaires, la raison pour laquelle ils sont repris sur la liste CANPAN. »

Saboter la lutte contre la Russie ?

« Se montrent-ils à tel point dogmatiques juste à cause du mot nucléaire ? Cela s’inscrit-il dans un petit jeu politique au sein de la majorité ? Tentent-ils de saboter de manière active la lutte contre la Russie ? Nous ne le savons pas, mais le résultat, c’est que les entreprises flamandes ne peuvent pas exporter leurs produits vers l’Ukraine alors qu’elle en aurait bien besoin et que nos relations avec les Britanniques sont mises à mal. Nous allons demander des explications au Premier ministre. »

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de