Espionnage dans les mosquées turques de Belgique

15 décembre 2016
Espionnage dans les mosquées turques de Belgique

La N-VA appelle le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) à suivre de près les activités d’espionnage des mosquées turques en Belgique et à prendre les mesures qui s’imposent. Cette demande fait suite à un courrier de Diyanet, le département turc des affaires religieuses, adressé aux mosquées, ambassades et consulats turcs à l’étranger. Ce courrier invite à espionner les Turcs soupçonnés d’entretenir des relations avec le mouvement Gülen et à transmettre leurs noms aux autorités turques. Ce courrier a également circulé dans notre pays.

« De telles demandes sont totalement contraires à notre mode de vie », explique la N-VA, qui a vivement critiqué l’impérialisme turc. Un débat fait également rage aux Pays-Bas, où l’ambassadeur turc a dû rendre des comptes.

Retrait d’autorisation

Liesbeth Homans, ministre flamande en charge de l’agrément des mosquées, a confirmé qu’elle allait retirer l’autorisation des mosquées Diyanet si l’enquête de la Sûreté de l’État confirme ces appels à espionner. La N-VA demande au ministre Geens de collaborer étroitement avec les autorités flamandes afin de réellement retirer les agréments. Le parti souligne également l’importance de former des imams sur notre propre territoire plutôt que d’en importer de Turquie : « Les activités de Diyanet ne font que confirmer cette nécessité. »

« Nous ne pouvons en aucun cas laisser Erdogan exercer une quelconque influence dans nos villes et communes », conclut la N-VA. « Il a déjà fait assez de mal dans son propre pays. Nous ne pouvons pas accepter qu’il le fasse ici aussi. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de