Enregistrement des empreintes digitales afin de lutter contre la fraude à l’identité

24 octobre 2018

« Il faut empêcher la falsification de documents. » Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon se dit déterminé, après que la Commission compétente de la Chambre a approuvé le projet de loi concernant l’enregistrement des empreintes digitales sur la carte d’identité. Toute personne demandant une nouvelle carte d’identité à partir d’avril 2019 devra faire enregistrer ses empreintes digitales.

La fausse identité, arme du terrorisme

Les empreintes digitales sur la carte d’identité visent en premier lieu à lutter contre le vol d’identité. Les faux documents semblent particulièrement à la mode dans les milieux terroristes. « Dans le cadre du Plan canal, nous avons constaté trois phénomènes sous-jacents en matière de terrorisme : le trafic de drogues, le trafic d’armes et les faux documents », explique Jan Jambon.

Pas de banque de données centrale

Il n’y aura pas de banque de données centrale contenant les empreintes digitales de tous les Belges. Les autorités collaboreront avec la même entreprise que pour les permis de conduire et les passeports. « Nous devons déjà faire enregistrer nos empreintes digitales sur les passeports. Nous utiliserons la même technologie et le même système, qui satisfont aux normes internationales les plus élevées », conclut Jan Jambon.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de