Dumping social : la lutte menée à moitié seulement

1 mars 2018

Les nouvelles règles européennes contre le dumping social vont dans le bon sens. Un ouvrier du bâtiment d’Europe de l’Est devra désormais recevoir le même salaire que son homologue flamand. Mais la lutte n’est menée qu’à moitié, estiment les eurodéputés Helga Stevens et Mark Demesmaeker. « C’est une atteinte à la position concurrentielle de nos travailleurs », expliquent-ils.

L’échappatoire reste ouverte

Si le salaire des ouvriers du bâtiment d’Europe de l’Est sera ajusté, ceux-ci continueront de payer leurs cotisations sociales dans leur pays d’origine. « Ces cotisations sont généralement inférieures et le contrôle de leur paiement laisse souvent à désirer », explique l’eurodéputé Stevens, qui réclame la disparition de cette échappatoire.

Les camionneurs abandonnés

De plus, le secteur des transports n’est pas concerné. L’eurodéputé Demesmaeker craint que les chauffeurs flamands ne soient abandonnés à leur sort : « Le secteur des transports souffre de tous ces abus sociaux. Nous avons besoin d’une législation spécifique aux transports, mais il n’est pas certain qu’elle verra le jour. Pour les camionneurs, on est encore loin du “même salaire pour un même travail au même endroit.” »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de