Bourgeois : « La Wallonie joue avec la prospérité de la Flandre. L’UE doit scinder le traité. »

6 février 2020
mercosur

Le Parlement wallon s’oppose à l’accord commercial entre l’UE et les pays du Mercosur. L’eurodéputé Geert Bourgeois déplore cette attitude : « La Wallonie joue avec la prospérité de la Flandre. C’est une nouvelle affaire CETA. »

L’Union européenne a conclu un accord commercial avec l’union douanière des pays du Mercosur : Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay et Venezuela. Le Parlement wallon s’y oppose.

Ne plus prendre inutilement la Flandre en otage

L’eurodéputé Geert Bourgeois demande à ce que l’on tire les leçons de la débâcle du CETA en Wallonie et que l’on scinde le traité commercial : « Le commerce est une compétence exclusive de l’UE. Scinder le traité en un volet commercial et un volet d’investissement, qui est une compétence mixte, permettrait de désamorcer la discussion. La Flandre ne se retrouverait plus inutilement prise en otage par l’opposition protectionniste de la Wallonie », explique Bourgeois. Tous les pays doivent donner leur accord pour le volet investissement, tandis que l’UE est seule compétente pour le volet commercial. Un blocage de l’accord commercial est une mauvaise nouvelle pour la Flandre, où un tiers des emplois dépendent des exportations.

Un levier pour les droits de l’homme

Selon Bourgeois, cet accord commercial présente d’autres avantages : « L’accord peut servir de levier pour les droits de l’homme, les droits des travailleurs, les critères de durabilité et les normes produits », explique-t-il. « Sans les négociations Mercosur, Bolsonaro serait depuis longtemps sorti de l’accord de Paris. Cela n’empêche pas l’UE de continuer de faire pression et de suivre la situation de près avant de donner son accord. »

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de