B-H-V : de l’argent flamand pour financer les privilèges francophones

28 juin 2012

Le CD&V, l’Open Vld, le sp.a et Groen ont payé la scission de BHV au prix fort. Pas moins de 16 lois auront ainsi été nécessaires pour traduire toutes les concessions faites aux francophones. Ces lois sont en outre bétonnées dans la constitution. Cela en dit long sur l'état de grâce qui habite les francophones. Les six communes à facilités sont entièrement intégrées dans la sphère d'influence bruxelloise, les francophones ont encore plus de privilèges dans le Brabant flamand et les Flamands ont encore moins de droits dans la capitale. L'arrondissement judiciaire n'est absolument pas scindé et nous assistons même à l'arrivée de magistrats francophones à Halle-Vilvoorde. Les Flamands sont aimablement priés de payer 1 milliard d'euros supplémentaires pour Bruxelles sans que celle-ci soit véritablement réformée. Les conflits communautaires à Bruxelles et en périphérie flamande ne sont pas résolus à travers cet accord. Pire, ce dernier porte en soi les germes de futurs conflits. Pour les Flamands, ce remède est donc pire que le mal.

Comment jugez-vous l’utilité de cet article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de