Le budget européen gaspille des millions dans les illusions turques

30 novembre 2017

Le budget européen pour 2018 prévoit 105 millions d’euros d’aide à l’adhésion en moins pour la Turquie. Un pas dans la bonne direction selon l’eurodéputé Sander Loones, mais pas suffisant : « La Turquie ne fera jamais partie de l’Union européenne. Toute forme d’aide à l’adhésion à ce pays peut donc être supprimée. »

La pression exercée par les États membres de l’UE afin de réduire l’aide apportée à la Turquie a porté ses fruits, mais les partis traditionnels au sein du Parlement européen prévoient tout de même 534 millions d’euros à destination du très peu démocrate Erdogan en 2018. « C’est l’une des raisons pour lesquelles la N-VA a voté contre le budget européen », explique Loones.

Un budget en hausse qui ne fixe pas les bonnes priorités

La N-VA s'inquiète également du fait que le budget européen pour 2018 augmente de nouveau. « Certes, l’UE investit à juste titre dans des programmes utiles comme Horizon 2020 et Erasmus + », explique l’eurodéputé Loones. « Mais cela ne nécessite pas plus d’argent de la part des contribuables. Des folies comme les tickets de train gratuits, le grand déménagement mensuel vers Strasbourg et même les plans d’exploitation d’un B&B en France sont totalement absurdes. Surtout quand on sait qu’à peine 9 % du budget 2018 de l’UE sera consacré à une politique de sécurité et d’asile efficace. »

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de