Cancer du col de l’utérus : plus de risques pour les jeunes filles wallonnes

5 avril 2017

Moins d'une jeune fille wallonne sur trois est vaccinée contre les HPV. Ce vaccin réduit pourtant de moitié le risque de cancer du col de l’utérus. 90 % des jeunes filles flamandes sont vaccinées. Selon la N-VA, la Wallonie échoue dans sa mission de protection de la population. « Un vaccin contre les HPV coûte 390 euros, alors que le traitement d'un cancer du col de l’utérus en coûte 16 000 », explique le parti. « Sans compter l’impact sur la qualité de vie. »

L’ancienne secrétaire d’État Elke Sleurs, elle-même gynécologue et aujourd’hui parlementaire flamande, est particulièrement critique vis-à-vis du gouvernement wallon : « Depuis 2010 déjà, la Flandre vaccine les jeunes filles dès la première année du secondaire. En l’absence d’opposition explicite, tout le monde est vacciné. La Wallonie n’a mis en place cette vaccination qu’en 2011 et applique le principe de l’opt-in, les jeunes filles devant donc donner leur accord avant la vaccination.

Absence de dépistage

« Il y a encore du travail à faire au niveau du dépistage également », explique la N-VA. « Celui-ci permet d’éviter jusqu’à 90 % des cancers du col de l’utérus. Le risque de cancer du col de l’utérus pour les filles qui ne se font pas dépister et ne sont pas vaccinées est de 1 sur 28. Ce chiffre passe à 1 sur 70 uniquement grâce à la vaccination. » En plus du cancer (de l’utérus, des organes génitaux, de la bouche et de la gorge), les infections HPV provoquent une baisse de la fertilité.

How valuable did you find this article?

Indiquez ici votre score personnel
Le score moyen est de